Débat: la place des Caucasiennes dans le mouvement de retour au naturel

0 Partages 0 Flares ×

Il y a récemment eu un gros débat sur les réseaux sociaux américains à propos de l’interview d’une femme Caucasienne sur le blog CurlyNikki http://www.curlynikki.com/2014/06/theres-something-very-freeing-about.html.

Le débat concerne la place de la femme Caucasienne dans le mouvement de retour au naturel. Peut-on considérer que le mouvement « nappy » concerne uniquement les Noirs?

cheveux-boucles

 

 

Des Nappy Nazis?

Angry-Black-Woman

Personnellement j’arrive à comprendre les deux positions. D’un côté il y a les femmes qui prennent le mouvement nappy dans le contexte de réappropriation d’une beauté qui a trop été reniée, réfutée par les Blancs depuis des centaines d’années.  De l’autre il y a celles qui prônent la tolérance mais nous verrons cela un peu plus loin. Les premières ont très certainement souffert d’un racisme, avec des propos insultants tournés vers leur physique. Par exemple: « elle est mignonne mais trop noire pour moi », « j’aime pas les Noires elles ont des gros nez et des grosses lèvres », « les Noires ont des cheveux affreux  je préfère les Métisses au moins elles ont des cheveux longs/doux/lisses (rayez la mention inutile) ». Sur Internet je suis même tombée sur une étude qui démontrait que les femmes noires ont moins de succès sur les sites de rencontres et qu’elles sont un peu comme des femmes de « second choix » préférées par des hommes bien plus âgés qui recherchent des aventures un peu perverses.

Le rapport avec le mouvement nappy? C’est que ce mouvement touche bien plus que les cheveux. Il touche la feminité de la femme noire, son estime de soi, sa valorisation, sa beauté. Ce n’est pas JUSTE des cheveux comme on peut le lire souvent dans les commentaires. La femme noire veut arrêter d’être considérée comme une femme de second choix (par rapport à la femme blanche voire métisse) et cela passe par le fait de réfuter les canons de beauté occidentaux et de montrer qu’elle peut se sentir belle et être une vraie femme SANS avoir les cheveux, nez, yeux etc.  des Caucasiens. A la lumière de ce point de vue, je peux donc comprendre pourquoi certaines femmes dites « Nappy Nazi » (une étiquette que je déteste par ailleurs) estiment que l’on devrait éviter de mettre des rajouts lisses, des perruques, tissages, lentilles de couleurs, tout simplement parce qu’elles ont le sentiment que cela nous replace dans les canons de beauté Caucasiens. Et elles souhaitent qu’on en sorte. Je peux comprendre ce point de vue, sans toutefois y adhérer totalement car pour moi tout est dans la nuance.

ella

Elle doit pouvoir se sentir belle même sans tous ces artifices.

Pour en revenir au sujet de base, la raison pour laquelle ces femmes estiment que les Caucasiens ne peuvent faire part du mouvement nappy c’est tout simplement que c’est hors sujet! Comme je l’ai dit plus haut ce mouvement concerne plus que les cheveux. La réappropriation de la beauté noire n’a pas de sens pour les Caucasiens vu qu’ils sont la beauté dominante! Les cheveux de la femme blanche frisée ou bouclée n’ont jamais fait l’objet d’une haine séculaire comparable à celle de des cheveux frisés et crépus de la femme noire. La problématique des cheveux de la femme noire est par conséquent très éloignée sur le fond de celle de la Caucasienne. Elle va tout au plus subir quelques moqueries sur ses cheveux durant la période adolescente et cela va passer à l’âge adulte. Sa mère et sa tante  ne seront pas là pour lui mettre du défrisage à l’âge de 6 ans à peine. Le lissage chimique des enfants blancs frisés est quasi-inexistant dans la population blanche. Voilà pourquoi aux Etats-Unis certaines femmes ont senti que l’interview d’une Caucasienne sur le site Curly Nikki était hors-sujet voire carrément gênant tant les problématiques de la beauté dominante sont éloignées de celle de la beauté dominée. Non ce ne sont pas des personnes qui veulent « faire ch*** le monde » comme j’ai pu entendre dans une vidéo française sur le sujet. C’est caricaturer le propos sans chercher à comprendre les motivations qu’il y a derrière. C’est bien plus compliqué que ça.

Nous sommes  alors loin d’un simple problème de race ou de discrimination, surtout dans le contexte etats-unien où être en communauté plus ou moins fermée n’est ni un problème ni une discrimination envers ceux qui n’en font pas partie. Ici il s’agit plus d’un problème historique  -basé sur la race du coup!- qui fait que cela ne fait pas sens lorsqu’une personne blanche vient témoigner sur le fait de se sentir libérée lorsqu’elle lâche ses cheveux bouclés. C’est juste hors-sujet!

 

 Prôner  la « tolérance » oui mais envers qui ou quoi?

C’est l’autre « camp, qui dit vouloir tolérer et représenter tout le monde  (Caucasiens, cheveux lissés ou défrisés, etc.) de manière équitable dans le mouvement nappy. A vrai dire, j’ai toujours un peu de mal à entendre le discours « chacun fait ce qu’il veut on est libre tenons nous la main toutes les textures et toutes les couleurs, dansons ensemble autour de la terre « . Evidemment je caricature, mais le propos dans le fond est très naïf et fait fi du du contexte dans lequel est né le mouvement nappy. Mais je peux également le comprendre. En effet, il y a des gens qui suivent ce mouvement par mode, par style ou juste pour le fun. L’histoire du mouvement ne les intéresse que peu ainsi que les raisons de la systématicité du défrisage chez les Noirs. Ces personnes suivent le mouvement de retour au naturel uniquement pour la beauté du cheveu et pour le style que cela apporte. Elles suivent des blogs qui donnent simplement des astuces pour avoir de beaux cheveux sans se poser plus de questions que cela, la principale motivation étant le style et la beauté voire l’entraide. Dans ce contexte précis il est évident qu’il n’y a pas de raison de refuser sa participation à une femme blanche, étant donné qu’il s’agit purement de beauté du cheveu bouclé ou frisé, en dehors de toute considération sociologique du retour au naturel. C’est principalement cette catégorie de femmes qui se sent choquée que l’on « discrimine » les Caucasiennes dans le mouvement nappy mais je pense qu’elles n’ont pas conscience que les blogs de styles sur les cheveux des Noirs sont que la partie émergée de l’iceberg du retour au naturel.

Pour en revenir à la phrase du début, j’ai du mal avec le discours « tout le monde fait ce qu’il veut » (employé surtout quand quelqu’un a critiqué des cheveux défrisés) parce qu’il n’y a rien de plus faux. Tout le monde ne fait pas ce qu’il veut car nous sommes en société. Et nous vivons selons des règles plus ou moins tacite. Et la « règle » dominante dans la société des Noirs est : « tes cheveux crépus tu défriseras ou cacheras et  le plus tôt sera le mieux! » C’est ainsi que sous une pression invisible plus de  entre 65% et 80% (chiffres aux US) des femmes Noires sont défrisées /perruquées /tissées, non pas par choix mais pas systématisme! Parce que c’est comme ça et que l’ont doit cacher nos cheveux crépus car ils sont moches, ingérables, prennent trop de temps. Le vrai choix aurait été possible si et seulement si on avait D’ABORD appris à toutes les petites filles comment prendre soin de leur cheveux sans préjugés. Et ENSUITE seulement en grandissant certaines (très certainement une petite minorité) auraient utilisé le défrisage, tissage etc pour changer de tête mais du coup elles ne l’auraient fait que ponctuellement. Aujourd’hui lorsque quelqu’un se défrise on dirait que c’est pour la vie!

Comparons avec les Blancs: les petites filles blanches savent globalement toutes se coiffer et prendre soin de leur cheveux avec les outils adaptés aux Blancs. Lorsqu’elles grandisssent une minorité d’entre elles optent -ponctuellement- pour une permanente ou des extensions. La grosse majorité des Blancs ne se posent même pas la question de modifier leur cheveux. Ils sont là comme ils poussent et puis c’est tout. That’s my point.

 little girl

On pourra considérer que ce sont  JUSTE des cheveux que  lorsque nous agirons de la sorte. Si nous élevons nos filles ainsi, elles ne ressentirons même pas le besoin ou l’envie de défriser ou de mettre un tissage lisse ou alors vraiment ponctuellement. Aujourd’hui après presque neuf ans de naturel j’ai eu envie UNE fois de lissser mes cheveux et je n’ai même pas trouvé que cela m’allait. Je ne me pose même plus la question de savoir si mes cheveux pourraient être lisses. Ils poussent comme ils poussent and that’s all!
On oublie trop souvent que le tissage /perruque/ défrisage est la REGLE chez les Noirs et que les cheveux normaux crépus sont l’exception. Par conséquent, l’extrémisme est du côté des cheveux défrisés. 65% de personnes défrisées dans une population, c’est extrême. Une critique envers les cheveux défrisés ou envers le fait qu’on mette en lumière la beauté Caucasienne n’est pas faire preuve d’extrémisme mais plutôt remettre en lumière l’esclavage mental de toute une population. Encore trop de personnes sur Terre détestent les cheveux crépus (au sein même de la population noire) et c’est triste.

Je ne pense pas qu’on puisse considérer en l’état actuel des choses qu’une personne qui se défrise le fait par réel choix personnel. Lorsqu’on creuse un peu on tombe sur l’os :  » non mais mes cheveux sont trop durs pour être naturels » ou bien « je n’ai pas le temps »  ou encore « j’ai envie de pouvoir changer de tête » (en notant que la personne fait la même coupe avec ses cheveux défrisés tous les jours).

Pour finir je dirais ce que ce n’est pas nous qui tolérons les cheveux défrisés, ou les tissages, ce sont les cheveux défrisés qui nous tolèrent au sein de la population noire et ils nous tolèrent peu puisque justement on entend encore beaucoup de bêtises  et de préjugés au sujet des cheveux crépus normaux.

 

Le mouvement nappy, juste une question de style?

Je trouve qu’il est difficile de faire une page facebook ou un blog qui prône la beauté des cheveux naturels en faisant fi du contexte dans lequel on se trouve. En effet, si ces pages existent aujourd’hui c’est qu’il y a une quizaine d’années des femmes ont commencé à se poser des questions sur nos agissements destructeurs envers nous-même. Cela a poussé les gens à s’informer et à apprendre comment se passer du défrisage et quels produits utiliser dans les cheveux crépus. Maintenant on trouve des pages dédiées uniquement à ce dernier point. Je les trouve constructives et intéressantes, mais je reste sur ma faim. Elles se répètent toutes plus ou moins, et une fois qu’on a lu 100 fois qu’il fallait utiliser de l’eau pour hydrater, de l’huile pour nourrir, de la crème pour sceller à un moment je trouve que ça tourne un peu un rond et que le mouvement s’essoufle. Vu qu’il y a encore une majorité de personnes qui croient que porter ses cheveux crépus est impossible je pense qu’on a également besoin de réaliser une espèce de psychanalyse collective. Je pense qu’on ne touchera pas plus de personnes si elles ne comprennent pas pourquoi il est important de cesser de s’auto-détruire avec des produits aussi corrosifs que le défrisage. Comme le disait Naturi Ebene dans sa conférence au mois de mai dernier, » pour faire une transition capillaire, il faut faire une transition psychologique. » Je rajouterais que pour faire une transition psychologique il faut comprendre pourquoi la population noire hait ses  propres cheveux et comment sortir de cette haine. Je trouve que la plupart des pages et des rencontres nappy manquent de profondeur à ce niveau, mais c’est difficile de parler de cela dans les réseaux sociaux. Il faudrait des réunions spécialement sur ce sujet pour mieux comprendre et mieux sortir de ces cercles vicieux.

Je commence également à me lasser des rencontres nappy justement parce que je ne trouve pas ce que j’y cherche. Je sais qu’il faut hydrater mes cheveux etc mais je ne cherche pas cela. Je chercherai plutôt des explications sur le fonctionnement des entreprises qui détiennent le marché du défrisage, comment elles maintiennent l’idée qu’il faut se défriser dans la tête des gens, comment les médias influent sur notre idée de ce que devrait être la beauté noire , l’évolution des chiffres au niveau des personnes à cheveux naturels. etc.

 

Egalité ou équité de traitement?

Traiter tout le monde à égalité n’est pas pareil que faire preuve d’équité. Beaucoup trouvent qu’il est logique de traiter toutes les textures de cheveux à égalité. Pour ma part je pense qu’il faudrait également faire preuve d’équité envers les différentes textures.

 

 Egalité de traitement entre toutes les textures ?

Egalité de traitement entre toutes les textures ?

Partons du principe que dans l’image ci-dessus le plus grand personnage représente la texture lisse, Caucasienne ou Noire défrisée/tissée. Le personnage moyen serait la texture bouclée que l’on retrouve chez certaines Métisses et Noires. Le personnage le plus petit serait la texture très crépue des femmes Noires. Vous commencez à voir où je veux en venir?
La beauté lisse est déjà valorisée, déjà préférée et sur-représentée dans les médias.Cela représente le « top du top » de la beauté. La beauté bouclée et métissée est déjà préférée également dans les médias. Les gens préfèrent d’une manière générale les cheveux bouclés aux cheveux crépus. La beauté crépue, elle, on la voit encotre très peu dans les médias nationaux, elle débute on voit une actrice par-ci par là mais rien de bien solide.

Mettre un nombre d’escabeaux différents sous les pieds de ses personnages permet de rééquilibrer l’égalité entre eux en faisant preuve d’équité. Ce n’est pas pour rien que certaines nappy ont constaté dans les vidéos que les cheveux bouclés avaient plus de followers et de clics en règle générale, ce que je constate également sur mon propre blog lorsque je mets une photo de cheveux bouclés en une!

Des pages  Facebook ont été crées spécialement pour la texutre 4C justement pour rééquilibrer la balance. Ici, ce n’est donc pas une discrimination, ou alors c’est une discrimination positive envers les cheveux les plus crépus qui bénéficient encore de la plus faible côte de popularité. Il ne s’agit pas d’une discrimination négative envers les cheveux métissés qui ont déjà du succès. De même pour les tissages et cheveux défrisés. Ils sont déjà les plus populaires du coup créer une page pour les valoriser (et j’ai déjà vu ça!) est  quelque peu absurde! C’est comme si je faisais une page  ou un salon pour prôner la beauté Caucasienne, dans le contexte actuel, ça n’a pas de sens!

 

Pour mieux comprendre

Pour comprendre mon point de vue (que je n’ai pas inventé d’ailleurs!) je vous invite à lire des ouvrages qui parle du sujet de fond sur nos cheveux. Ici pas de conseils capillaires, pas de produits  ou de techniques mais des chiffres, des faits des explications rationnelles sur nos réactions conscientes et inconscientes face à nos cheveux et à l’apparence des Noirs en général. Le tout dans un contexte historique, sociologique et antropologique.

A propos du traumatisme identitaire :

Juliette Sméralda/ Peau noire cheveux crépus histoire d’une aliénation
http://www.potomitan.info/atelier/pawol/smeralda.php

Même auteure/ Du cheveu défrisé au cheveu crépu
http://www.amazon.fr/Du-Cheveu-d%C3%A9fris%C3%A9-cheveu-cr%C3%A9pu/dp/2748397231

Un documentaire  d’une heure avec Juliette Sméralda
http://vimeo.com/37269770

Un article sur les origine esclavagiste du défrisage
http://africanhistory-histoireafricaine.com/blog/2013/08/17/la-traite-negriere-europeenne-lorigine-esclavagiste-du-defrisage/

A propos de l’emprise psychologique d’une race sur une autre
Frantz Fanon/ Peau noire maque blanc : http://www.babelio.com/livres/Fanon-Peau-noire-masques-blancs/26963

Pour aller un peu plus loin

Stéphanie Mullot /La figure du métis dans l’univers antillais
http://clio.revues.org/7447

 

 

 

 

 

 

0 Partages Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Email -- Pin It Share 0 LinkedIn 0 0 Flares ×
Tags: , , , , , , ,

2 commentaires sur Débat: la place des Caucasiennes dans le mouvement de retour au naturel

  1. très bon article ^^

  2. Hello !

    Super article très intéressant et très bien écrit que j’ai lu de bout en bout. De part mon expérience je sais que les blogs et autres youtubeuses exercent une réelle influence sur les personnes qui consulte leur page et je ne m’imaginais même pas à quel point. Il y a trois ans j’ai découvert la blogosphère soin des cheveux crépus et défrisés et ça a été une véritable épiphanie pour moi. J’ai les cheveux défrisés depuis le collège (par ma propre initiative car ma mère était contre maintenant que je m’en souviens) et ils étaient dans un état déplorable. En consultant les différents blogs sur la question j’ai constaté que beaucoup de filles faisaient leur retour au naturel et j’avais un avis plutôt tranché sur la question et j’me disais « moi couper mes cheveux et les garder crépus ? JAMAIS, c’est trop laid » et trois ans après (et un défrisage au salon de coiffure qui s’est mal passé -> soit disant des pros qui me conseillent de sécher mes cheveux au sèche-cheveux par exemple…) bah je décide tout bonnement de revenir au naturel et je n’arrive toujours pas à comprendre l’aversion que j’avais pour les cheveux crépus ! Là je n’ai qu’une hâte qu’ils poussent et je suis déjà fascinée par eux car je trouve le shrinkage magique ^^. La décision de couper les cheveux défrisés a germée très très lentement dans ma tête et je pense que sans ce defrisage raté que j’ai vécu comme une trahison de la part de mes cheveux (3ans de chouchoutage, une très bonne longueur et en 1 mois et demi casse considérable et retour à 2 ans en arrière :/) je n’aurais jamais pensé à sauter le pas. Et je pense avoir fortement été encouragé par la communauté de blogeuses et youtubeuses qui prouvent que oui c’est possible. Ce que je déplore par contre c’est la catégorisation des cheveux crépus et c’est vrai que c’est assez décourageant surtt quand on s’assimile au type 4C on se dit « merde » lol et d’ailleurs j’ai vu un commentaire qui m’a fait plaisir sous une vidéo intitulée « it’s 4C hair ! » Je crois et qui disait en gros « pourquoi ce type de cheveux ne serait pas appelé 1a » car encore une fois les cheveux crépus son dernier du classement et les cheveux type caucasiens premier, et j’ai trouvé son commentaire tout à fait légitime !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

0 Partages Twitter 0 Facebook 0 Google+ 0 Email -- Pin It Share 0 LinkedIn 0 0 Flares ×